Le Bulletin Collectif, juin 2017

Collectif des médecins contre l’euthanasie

Le Bulletin Collectif, juin 2017
Améliorer les soins. Rendre l’euthanasie impensable.

Chers amis,

Un article étonnant intitulé Vers la mort à la carte ? a récemment été affiché sur le site web du Collège des médecins du Québec. Le Secrétaire du Collège, le Dr Yves Robert, qui fut dès 2009 l’un des principaux promoteurs de la légalisation de l’euthanasie au Québec, s’inquiète désormais de l’évolution rapide de l’opinion publique – au départ favorable à l’euthanasie dans des cas de souffrance extrême en fin de vie, et désormais ouverte à la mort sur demande sans aucune limite.

J’encourage les médecins et les citoyens du Québec à appeler le Dr Robert ou à lui écrire pour lui dire que vous partagez ses préoccupations. Et j’exhorte le Collège à s’opposer fermement à l’élargissement des critères pour l’euthanasie. Les coordonnées du Collège sont ici; le courriel et le numéro de téléphone du Dr Robert se trouvent ici.

Voici nos réflexions à propos de ce revirement surprenant : Les regrets du Dr Robert

Avec l’arrivée du beau temps, je vous souhaite un été agréable et l’opportunité de prendre une pause bien méritée dans votre travail acharné en faveur de vos patients.

Sincèrement,

Catherine Ferrier

Présidente


 

La voix des médecins

 

Agissons

L’un de nos opposants dans cette bataille est la toute nouvelle Canadian Association of MAID Assessors and Providers (CAMAP). Notons l’absence de la lettre D dans l’acronyme de cette association : comme s’il ne s’agissait pas de mort (Death). Lors de leur première conférence nationale la semaine dernière, ils ont exprimé leur opposition à la balise incorporée dans la loi fédérale exigeant que la mort du patient soit raisonnablement prévisible. L’Association a publié des directives de pratique médicale qui pourraient selon moi être contestées sur une base médicale et probablement sur une base légale aussi. Merci de les lire et de partager votre opinion dans les revues médicales ou d’autres médias.

Nous espérons organiser notre propre conférence pour les médecins à l’automne, afin de réfléchir ensemble aux problèmes cliniques que vous rencontrez dans le soin de patients en fin de vie qui risquent de faire une demande d’euthanasie. Une possible date serait avant ou après le Forum en médecine familiale du Collège des médecins de famille du Canada, qui aura lieu à Montréal du 8 au 11 novembre 2017. Nous vous enverrons bientôt un sondage afin d’explorer l’intérêt des membres pour un tel projet, et pour demander votre opinion au sujet des dates, des sujets à traiter, etc. Merci de prendre un moment pour y répondre rapidement lorsque vous le recevrez.

 

Nouvelles-médias

  • Nos collègues de l’Ontario continuent de se battre pour la liberté de refuser de participer de quelque façon que ce soit à des euthanasies – pas même en référant des patients. L’article suivant contient un excellent aperçu des arguments utilisés par ces médecins objecteurs : Lien vers l’article >>
  • Malgré l’excellent travail de plusieurs médecins ayant témoigné devant le parlement ontarien, la loi sur l’euthanasie a malheureusement été adoptée sans protection pour les consciences. Un projet de loi privé visant la protection de la conscience a aussi été défait, provoquant un immense désappointement parmi les médecins ; certains songent même à quitter la province : Lien vers l’article >>
  • De plus, comme l’ont relevé de nombreux critiques, seule l’Ontario a adopté une politique aussi extrême parmi toutes les juridictions qui permettent une certaine forme d’euthanasie ou de suicide assisté. On parodiait autrefois les politiques autoritaristes de l’Union soviétique en disant : « Tout ce qui ne soit pas interdit est obligatoire ! » Dans le cas qui nous occupe, ce qui était considéré comme un homicide criminel il y a un jour ou deux est maintenant obligatoire en Ontario – au moins via une « référence effective ».
  • Plusieurs médecins ont publiquement spéculé sur l’origine de politiques si extrêmes, conflictuelles et néfastes. Que peut bien être, demandent-ils, la motivation derrière cette vision si autoritaire ?
  • L’étape suivante est la contestation légale de la politique du College of Physicians and Surgeons of Ontario qui exige une « référence effective » vers un médecin consentant lorsqu’un patient demande une procédure contraire au jugement professionnel ou moral du médecin. L’audience du tribunal aura lieu du 13 au 15 juin. Une des organisations qui participent à la contestation nous a informés récemment qu’on a réussi à recueillir les 120 000 $ nécessaires pour couvrir les coûts légaux. Merci à tous ceux qui ont contribué !
  • Les médecins qui songent à quitter l’Ontario n’auront pas besoin d’aller bien loin. La province voisine du Manitoba a déposé un projet de loi interdisant toute coercition visant à forcer les professionnels de la sante à participer à l’euthanasie : Lien vers l’article >>

 

Nouvelles des tranchées

Au Québec, le gouvernement continue à faire pression sur la communauté des soins palliatifs pour qu’elle intègre l’AMAM aux soins offerts,  provoquant critiques et opposition. Tous les Québécois et Québécoises doivent avoir accès à des soins palliatifs de qualité avant que le « choix » de l’AMAM puisse être perçu comme autre chose qu’un stratagème budgétaire : Lien vers l’article >>

L’illusion d’un soutien public généralisé pour l’euthanasie commence enfin à s’effriter. L’éditorial suivant, qui fait suite à l’article Robert-CMQ, a été publié dans le Journal de Montréal. Il illustre bien que la conscience populaire s’ouvre tranquillement à la réalité : Lien vers l’article >>

Un jeune journaliste explique de façon inspirante et réfléchie les raisons qui motivent son rejet de l’euthanasie : Lien vers l’article >>

Et enfin, un rappel des nombreuses défaites des forces pro-euthanasie autour du monde. Même s’il peut sembler qu’au Canada les choses sont gravées dans la pierre, une telle fatalité ne résiste pas à une analyse objective. En réalité, il est plutôt gênant de constater que nos politiciens canadiens ont adopté si rapidement une vision aussi radicale, extrémiste et objectivement marginale. Lien vers l’article >>

Si vous avez des expériences en rapport avec notre travail que vous aimeriez partager avec vos collègues, merci de les envoyer à [email protected].

 

Dans la littérature

International Psychogeriatrics a publié en ligne. le 2 mai 2017 : Suicide and assisted dying in dementia: what we know and what we need to know. A narrative literature review. Plusieurs chercheurs québécois ont participé à cette revue de la littérature par un groupe international.

BMJ, 9 mai 2017 : Assisted dying for healthy older people: a step too far?. Une lettre d’opinion qui soutient qu’une récente proposition hollandaise d’étendre l’euthanasie à des personnes âgées en bonne santé qui considèrent que leur vie est complète pourrait accroitre la pression sociale sur les personnes âgées et renforcer les idées négatives autour de l’âge.

New England Journal of Medicine, le 25 mai 2017 : Medical Assistance in Dying — Implementing a Hospital-Based Program in Canada. Un groupe du University Health Network de Toronto décrit son expérience de mise en œuvre de la loi sur l’euthanasie. Notons que 95% des patients affirmaient que leur demande était motivée par leur perte d’autonomie. D’autres raisons communes incluaient le souhait d’éviter d’être un fardeau pour les autres ou de perdre leur dignité, ainsi que la perspective intolérable de ne plus pouvoir
jouir de la vie. Peu de patients citaient un contrôle inadéquat de la douleur ou d’autres symptômes. Lisez ce commentaire réfléchi par le Réseau Vivre dans la Dignité.

Critical Care Medicine, juin 2017 : Physician-Assisted Suicide and Euthanasia Is Incompatible With Medicine: A Response from Medical Students. Sept étudiants en médecine américains nous rappellent qu’ils n’ont pas choisi la médecine pour apprendre à tuer des patients.

Si vous voyez des articles d’intérêt pour les médecins du Collectif, svp nous les transmettre ici : [email protected].

0

À propos de l'auteur: